J3 : Réflexions à mi-parcours

 

Anecdotes historiques

Nadine a grandit dans le quartier Kléber. Sa grand-mère a connu le canal place des Sablons. L’ilôt Garibaldi, c’est ici qu’elle a grandit, elle se souvient jusqu’à l’emplacement de chaque pièce de vie et imagine douloureusement qu’il soit détruit bientôt.
Partie depuis 40 ans du quartier, elle passe rarement une semaine sans passer par « la Kléber » comme elle l’appelle.
En déambulant ensemble, elle se remémore des souvenirs liés à son enfance de façon précise: le charbonnier qui passait remplir les caves, les  six épiceries, la boulangerie et le tapissier, les caves où on piétinait le raisin pour faire du vin, le banc devant le Temple où l’on regardait sortir les mariés, les lavoirs et les fontaines où se baignaient les enfants…
« Autrefois, on sortait les chaises dans la rue et on triait les petits pois, les haricots, on tricotait »

nadinephoto2photo7

José, ancien habitant et élu à la municipalité, se rappelle son enfance dans le quartier. Sur la question des jeux pour enfants qui manquent aux parents aujourd’hui, il se souvient qu’il jouait en bande dans les rues. « Quand les riverains en avaient marre de nous entendre crier ou taper le ballon, ils nous jetaient  des sceaux d’eau! »
« À l’époque il y avait une association qui menait tout un tas d’animations dans le quartier, ça manque vraiment aujourd’hui pour la vie sociale ».

Premières analyses

Nous poursuivons notre arpentage du quartier et la récolte de témoignages, de constats, d’histoires…
Après 3 jours d’immersion, deux angles d’approche nous permettent de mieux percevoir le quartier:

— Ce qui est de l’ordre de ses ressources sociales et culturelles: richesses urbaines et richesses humaines. Comme par exemple l’attachement des habitants à leur quartier, les anecdotes et mémoires du passé proche ou lointain, l’atout patrimonial et historique du plus ancien quartier de la ville, l’originalité de sa configuration, la liaison avec les espaces naturels, le calme d’une rue périphérique au centre urbain…

— Ce qui est de l’ordre du cadre de vie quotidien: constats, dysfonctionnements et urgences ressenties par les habitants, améliorations possibles sur les question de logements et d’espaces publics, nécessaires adaptations d’un quartier ancien à des modes de vie actuels, la dynamisation du lien social.

SONY DSCconviv2

Avec l’aide des services techniques, nous dessinons une carte des lieux abandonnés ou dangereux, au vu des retours de nombreux habitants qui se questionnent ou s’inquiètent sur ces bâtiments. D’autres cartographies suivront, notamment le pointage des espaces non fonctionnels ou insalubres.

SONY DSCinsalubrité

Cet après-midi, nous avons rendez-vous autour d’un thé avec une quinzaine d’habitants au Cinema le Regain situé à l’extrémité Sud du quartier : échanges tous azimuts autour d’un état des lieux.  Plusieurs enjeux apparaissent selon les situations de chacun:
Une jeune famille habitant au dessus de l’ilôt Garibaldi a décidé de vendre sa maison, en raison de l’état d’insalubrité et d’insécurité des bâtiments en ruine autour.

Quelques personnes évoquent quant à elles le grand potentiel touristique du quartier, sous exploité.

D’autres évoquent le temple comme un futur lieu collectif possible, social et culturel, central. Une maison de quartier ?

Et toujours la question des poubelles qui ressort comme des lieux insalubres et difficiles à solutionner étant donné l’étroitesse des rues, le peu d’espace disponible et parfois le laxisme des usagers.

Ces constats nous amènent à penser qu’il serait judicieux, après tout cet état des lieux, d’aller plus loin sur la construction collective de solutions avec tous les acteurs concernés (habitants, usagers, commune, communauté de communes).

photo5

Nous terminons la journée avec un bilan intermédiaire partagé avec une vingtaine d’élus et d’agents de différents services de la municipalité et de l’intercommunalité.
Nous nous accordons tous sur la nécessité d’alimenter un dialogue positif et constructif entre élus, habitants et services.
L’apéro-bilan de ce samedi sera un temps fort pour amorcer ce dialogue que chacun souhaite durable et bienveillant… car le temps du projet urbain doit s’installer dans la durée pour permettre la co-construction entre institutions et citoyens…

photo8
Rencontre et échanges avec les élus et agents municipaux pour un point d’étape sur le Portrait de quartier

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s